nbertin

Bio & CV | Beaux-arts | Métiers d'art | Art commercial | Curatoriales | Contact | BOUTIQUE

breathe

Breathe : Une collection de masques artisanaux démontrant la résilience face à la pandémie du XXIe siècle

Les pestes et les pandémies nous ont déjà touchés.
Nous avons survécu. Nous restons diligents dans notre résilience.

ROM
mask1
mask2
mask3
mask4

Masques de Nathalie Bertin. Visitez la page Facebook pour découvrir les histoires.

Montré ci-dessus:
Faith, 2021 (Collection de Royal Ontario Museum, Toronto, ON)
Blueberries, 2020 (En exposition. Collection de l'artiste.)
Pandemic Vogue, 2020 (En exposition. Collection de l'artiste..)
All That We Need, 2020 (En exposition. Collection de l'artiste.)
Debwewen Pane, 2020 (Collection du gouvernement due Canada.)

Montré à droite:
Matrilineal Knowledge, 2020 (Collection privée, California, USA.)
Finding the Acorns, 2020 (En exposition. Collection de l'artiste.)
She Who Brings the Light, 2020 (En exposition. Collection de l'artiste..)

Au début de l'année 2020, la majeure partie du monde s'éteignait en raison de la propagation du Covid-19. Au Canada, le choc de ce dont nous avions été témoins en Chine et en Italie était difficile à comprendre. Lorsque le virus est finalement arrivé au Canada en mars, l'isolement, les fermetures et l'incrédulité ont plongé la population dans une panique croissante. Pour certains peuples autochtones, c'était du déjà-vu. Il n'y avait pas eu beaucoup de générations auparavant que les maladies infectieuses avaient gravement touché les Premières nations, les Métis et les Inuits.

Au cours des deux premières semaines de la fermeture du Canada, les artistes métisses Nathalie Bertin et Lisa Shepherd ont remarqué un net manque d'objets perlés fabriqués par des artisans traditionnels. C'était curieux, car c'était exactement le moment où les artistes devaient faire de l'art. Il était d'autant plus curieux que les artisans perliers métis ne produisaient pas non plus d'objets perlés. Connus sous le nom de peuple du perlage en fleur, les Métis ont pour habitude de mettre leur style de perlage distinct sur une grande variété d'objets et de vêtements. Il semblait étrange de ne pas voir de nouveaux objets perlés, même un peu influencés par la pandémie. En parlant avec des pairs, il semble que la pandémie les ait complètement privés de leur capacité à créer.

À la fin du mois de mars, les artistes ont co-créé un projet intitulé "Breathe : Une collection de masques artisanaux démontrant la résilience face à la pandémie du XXIe siècle". Les artistes ont invité les gens à créer des masques artisanaux dans un espace où les personnes créatives peuvent exprimer leurs sentiments sur la pandémie par le biais de leur processus de fabrication de masques. Au départ, l'idée était que le groupe serait destiné aux artistes et artisans autochtones. Après avoir réalisé que tous les peuples du monde étaient touchés par la pandémie, il a été décidé d'ouvrir le groupe à toute personne souhaitant créer un masque à l'aide d'un support traditionnel authentique à sa culture et à sa pratique artistique. Leur vision était que ces masques deviendraient des artefacts témoignant d'un moment historique important de l'histoire humaine.

En quelques semaines seulement, une communauté forte, solidaire et incroyablement créative, guidée par les enseignements métisse de la réciprocité, a vu le jour. Les artistes participants ont publié des histoires sincères et des créations de masques étonnantes. Le projet a dépassé les frontières du Canada et s'est étendu aux États-Unis, à de nombreuses régions d'Europe, à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande. Tout le monde peut s'identifier aux histoires partagées, car nous sommes tous confrontés à une menace commune dans Covid-19. Les masques sont de véritables témoignages de l'humanité et de la vie humaine dans la pandémie du 21e siècle. Ils racontent les histoires uniques de leurs créateurs: peur, courage, tristesse, espoir, amour et guérison qui nous unissent tous. Parmi les divers moyens utilisés pour raconter ces histoires, citons le perlage, la broderie, la gravure sur écorce de bouleau, le travail à la plume, le piquage, le crochetage de tapis, le travail du métal et la fusion du verre.

APPEL À CANDIDATURES ET EXPOSITION ITINÉRANTE

Le projet a été lancé le 6 avril sur Facebook sous la forme d'une page de groupe. Un appel à candidatures canadien a été publié avec une date limite fixée à juin 2020. En juillet 2020, un groupe de conservateurs et de professionnels des galeries, bénévoles et solidaires, s'est réuni pour juger les soumissions en vue de l'exposition canadienne. Quarante-cinq masques ont été sélectionnés pour représenter le projet Breathe. Nous tenons à remercier Maegan Black, directrice de la Fédération canadienne des métiers d'art ; M. Sam Cronk, ancien conservateur principal de la Peel Art Gallery and Museum ; Corrie Daniels, Laurier Indigenous Initiatives, Wilfred Laurier University ; Anne Ewen, conservatrice du Whyte Museum of the Canadian Rockies ; Susannah HeathEaves, cinéaste, shefilms. ca ; Emma Knight, conservatrice adjointe, études autochtones, Royal Alberta Museum ; Alison Parry, directrice des études culturelles, Royal Alberta Museum ; et Helen Weber, LutherArt on the Wall, Martin Luther University College. Tout au long des mois de juillet et août, les masques ont été reçus dans l'atelier à domicile de Nathalie Bertin, photographiés et catalogués. Ils ont commencé l'exposition itinérante au Whyte Museum of the Canadian Rockies à Banff, Alberta, en octobre 2020.

En août 2020, un deuxième appel à soumissions a été organisé pour une autre exposition séparée qui débutera à la Art Gallery of Guelph en mai 2021. Breathe: 2nd Wave sera également présenté dans d'autres galeries canadiennes. Une grande finale réunissant les groupes de masques de la première et de la deuxième vague sera exposée au Textile Museum dans la seconde moitié de 2022.

Lisa et Nathalie sont fières de ce qui a été accompli grâce à leurs efforts de base. Le projet a très tôt attiré l'attention des médias sur la communauté des artistes. Un documentaire vidéo de la Canadian Broadcasting Corporation (CBC Arts), réalisé par Susannah Heathe-Eves, a été produit sur le projet. Il témoigne du pouvoir de la communauté et de certaines des magnifiques œuvres qui ont été soumises. Un programme fantastique destiné aux élèves de l'élémentaire et du secondaire a été élaboré en partenariat avec la responsable du programme d'études des Premières nations, des Métis et des Inuits de l'Ontario, Colinda Clyne. Le programme est mis à la disposition des conseils scolaires et des musées qui souhaitent exposer Breathe.

Travaillant en tant que collègues plutôt que représentantes, Lisa et Nathalie ont répondu aux demandes des acheteurs qui souhaitaient soutenir les artistes en achetant les masques, et des galeries commerciales qui voulaient présenter certains artistes. Certains des masques ont été achetés par des galeries américaines telles que le Smithsonian (Washington, DC), le Burke Museum (Seattle, WA) et le Nerman Museum of Contemporary Art (Overland Park, KS). Bien que certains masques aient été vendus à des collections privées, la vision globale est d'honorer la communauté avec une exposition itinérante d'autant de masques que possible dans autant de lieux que possible au Canada et aux États-Unis. Au fur et à mesure que la reconnaissance internationale du projet Breathe grandit, ils ont engagé Karen Whitecotton (Citizen Potawatomi Nation), propriétaire de Heritage Museum Services, LLC, basée à Tulsa, Oklahoma, une professionnelle des musées et des beaux-arts indigènes avec plus de deux décennies d'expérience muséale.

Pour en savoir plus sur le projet, regardez la vidéo de CBC Arts, par Susanah Heath-Eaves.

matri fall winter


indiginesse

Creator & Curator of INDIGINESSE: AN EXHIBITION OF WORKS BY CONTEMPORARY NATIVE WOMEN
Créatrice et conservatrice d'INDIGINESSE : UNE EXPOSITION D'OEUVRES DE FEMMES AUTOCHTONES CONTEMPORAINES.

Déclaration de l'artiste: "Indiginesse est un point culminant pour les femmes artistes autochtones contemporaines qui s'efforcent d'offrir la guérison, l'éducation et d'informer toutes les communautés. Puisse cette exposition apporter plus de compassion, de compréhension, de santé et de paix, alors que nous cherchons tous à offrir des soins responsables à toutes nos nombreuses communautés."

7 mai – 28 juin, 2014, Aurora Cultural Centre, Aurora, ON

Artistes: Kayeri Akweks, Christi Belcourt, Lee Claremont, Raven Davis, Alyssa Delbaere-Sawchuck, Lee Deranger, Lita Fontaine, LauraLee K Harris, Maria Hupfield, Nadya Kwandibens, Tanya Lukin Linklater, Shelley Niro, Janice Toulouse

indiginesse

catalogue

Télécharger le catalogue officiel de l'exposition (2.5MB)


Opening

Photos de l'ouverture 15 mai, 2014


Communiqués de presse et
promotions de bulletins d'information:

eBlast 1: Annonce de la réception d'ouverture

eBlast 2: Communiqué de presse et
détails de l'événement

eBlast 3: Réception d'ouverture
photos, déclaration de l'artiste &
Paul Martin

eBlast 4: Alyssa Delbaere-Sawchuk concert

eBlast 5: Derniers jours

 

Extrait du discours de Nathalie Bertin prononcé lors de la réception d'ouverture, le 15 mai 2014:

"La première question que l'on me pose généralement à propos d'Indiginesse est de savoir ce qui m'a inspiré la création de ce projet. Ma première réponse est toujours que je voulais savoir qui étaient mes pairs. Ayant découvert mon propre patrimoine autochtone sur le tard, j'avais beaucoup à apprendre et à rattraper. Ce faisant, je me suis également rendu compte que beaucoup de Canadiens ne savent tout simplement pas grand-chose des cultures autochtones qui nous entourent en dehors des vieux livres d'histoire.

Ainsi, en réfléchissant à la manière dont j'allais développer ce projet, j'ai décidé d'utiliser la tradition pour parler du présent. J'ai choisi des femmes artistes parce que de nombreuses traditions des Premières nations sont matriarcales et que les femmes étaient responsables de la transmission d'une grande partie de la culture aux jeunes. J'ai choisi des artistes contemporains qui non seulement créent des œuvres esthétiques, mais qui peuvent aussi parler de ce qu'ils sont, de ce qui compte pour eux, aujourd'hui - au présent.

Lorsque le mouvement IdleNoMore (lancé par un groupe de femmes autochtones, soit dit en passant) a commencé à gagner du terrain, j'ai réalisé que j'étais non seulement sur la bonne voie, mais que, maintenant plus que jamais, nous devions commencer à avoir des discussions entre les Canadiens autochtones et non autochtones, en dehors du Parlement, loin des coups de gueule des médias, afin de créer une meilleure compréhension entre nous tous.

En fin de compte, cette exposition ne concerne pas que moi. Elle ne concerne pas non plus uniquement les artistes. Il s'agit de nous tous, autochtones et non autochtones, qui nous réunissons pour apprendre les uns des autres, pour combler le fossé qui existe actuellement entre nous, afin que nous puissions avancer sur le chemin de la vie - ensemble."

PM beadworkshop

 

"Incroyablement émouvant".
Commentaire du livre d'or par le très honorable Paul Martin
(22 mai 2014)
Les participants montrent leurs perles lors de l'atelier "Découvrir le perlage traditionnel métis". (28 mai, 2014)  
NK1 NK2 NK3
Discussion avec Nadya Kwandibens
(4 juin, 2014)
   
ADS1 ADS2 ADS3
Alyssa Delbaere-Sawchuk
Première du concert "Memere le colibri".
(20 juin, 2014)
Séance de questions et réponses pendant la soirée intime avec la musicienne métisse Alyssa Delbaere-Sawchuk. La seconde partie du concert a mis en scène les autres membres du Metis Fiddler Quartet.

Articles d'actualité et critiques :


This Is My Song: Perspectives from Contemporary Native Women
C'est ma chanson : Perspectives des femmes autochtones contemporaines

1-30 juin, 2012, The Art Space, Huntsville, ON

mysong

Mes débuts en tant que conservateur. "Chant" est le mot utilisé par les autochtones pour décrire la façon dont l'histoire sociale est partagée au sein des cultures. Les connaissances traditionnelles sont transmises par des chansons et des récits, parfois à l'aide du tambour sacré. Dans le passé, la femme autochtone était celle qui maintenait les coutumes vivantes par le chant. Après le contact avec les Européens, sa position a changé radicalement, mais aujourd'hui, la femme autochtone retrouve sa voix.

L'exposition est un forum créatif qui comprend de l'art bidimensionnel, des installations vidéo, de la mode et de la musique. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses façons dont les femmes autochtones partagent leur "chant" et nous offrent un portrait fidèle de ce qu'elles sont dans la société d'aujourd'hui.

Artistes: Christine Caluya, Lee Claremont, Raven Davis, Lee Deranger, Lita Fontaine, LauraLee K Harris, Inuk360, Tanya Lukin Linklater, Suzanne Smoke, and Janice Toulouse.

© Nathalie Bertin, 2009-2021.
Please be cool. Don't download or reproduce any content from this site without permission.